Projet éducatif de la FCPE



 

 PREAMBULE AMBITIONS FCPE , DES COULEURS POUR L'ECOLE
1 > L’enfant, l’École, la société
Nous, parents d’élèves fédérés au sein de la FCPE, affirmons que les rapports entre l’enfant, l’école et la société doivent répondre aux principes fondateurs de la République.
L’École doit transmettre des valeurs communes, au premier rang desquelles la liberté, l’égalité, la fraternité et la laïcité.
Le principe de gratuité reste fondamental.
Nous affirmons que l’enfant est au centre du système éducatif.

L’École publique développe l’esprit critique et la curiosité pour former des citoyens qui contribuent à la construction d’une société solidaire, démocratique et respectueuse de l’environnement. Au-delà des savoirs qu’elle transmet, l’École apporte à tous des repères et des moyens pour vivre en société : s’exprimer, analyser, comprendre, construire avec d’autres sur la base des savoirs acquis.
L’élève à l’école, au collège, au lycée, reste avant tout un enfant, un adolescent, un adulte en devenir. Un des objectifs est d’amener l’enfant à découvrir et à développer ses potentialités. L’École fournit à chaque élève les outils pour apprendre à apprendre. En même temps, elle l’aide à mieux se connaître et à élargir ses capacités et ses facultés d’adaptation, à être acteur de son développement personnel.
Dans ce cadre collectif d’apprentissage, l’enfant doit être respecté comme individu : dans sa personnalité, dans son histoire personnelle et culturelle, dans ses différences (dont d’éventuels handicaps, etc.), dans ses rythmes, dans son développement. Le temps d’école, certes important, n’est qu’un des temps de la vie des enfants.
Le système éducatif doit tenir compte d’une part, de l’évolution de l’élève en fonction de son âge et de ses rythmes chronobiologiques et, d’autre part, des mutations de la société.

L’École républicaine instruit et contribue à éduquer et à socialiser. Elle permet d’acquérir des savoirs, des savoir-faire, des savoir-être et des outils méthodologiques.
Elle favorise aussi la découverte de la vie culturelle, artistique et sportive. L’École assure l’éducation à l’orientation et la découverte du monde du travail et des métiers.
La FCPE considère que l’accès au sport et à la culture doit être, comme la scolarité, gratuit pour tous les élèves (musique, arts plastiques, théâtre...).
Pour ouvrir les élèves au monde, il est primordial de les initier au questionnement afin qu’ils développent leurs capacités de réflexion, qu’ils goûtent tôt à la philosophie, aux langues, aux sciences, à la culture et aux arts, aux approches des sciences économiques et sociales.
L’École amène les élèves à comprendre, à s’approprier et à respecter les règles communes permettant la vie en société ; elle favorise le développement de leur esprit critique afin qu’ils deviennent des citoyens libres et éclairés.
À travers l’éducation donnée à l’École, l’élève découvre des repères communs, un ensemble de connaissances relatives à notre société et au monde qui nous entoure, des valeurs communes. Lieu d’apprentissage collectif, l’École intègre par ailleurs la diversité comme source d’enrichissement mutuel. Lieu de vie, l’établissement scolaire valorise la curiosité ; il cultive l’envie d’apprendre et donne le goût de l’investissement au service de la collectivité ; il éduque à la citoyenneté et favorise l’apprentissage de la pratique de la démocratie.
La société, en particulier à travers l’École, protège les enfants dans le respect de l’ordonnance de 1945 sur la protection des mineurs. La responsabilité de l’enfant ne peut être engagée au même niveau que celle des adultes.
L’évaluation doit souligner la réussite et non l’échec afin de valoriser la progression, le développement de l’enfant : l’erreur participe aussi à la construction de la réussite.
Il importe de « positiver » l’expérience.

2 > Parents d’élèves, parents fédérés et communauté éducative
Nous, parents d’élèves fédérés au sein de la FCPE, défendons de fortes convictions dans notre volonté d’être des parents d’élèves actifs, dans notre volonté de proposer aux parents de se regrouper au sein de notre fédération, et dans notre conception de la communauté éducative dans laquelle nos enfants effectuent leur parcours scolaire. Nous défendons aussi l’exigence du respect individuel et collectif des parents d’élèves.

La consolidation des liens entre enfants, parents et école apporte un cadre sécurisant et rassurant pour l’enfant dans ses apprentissages. Pour nous, l’accompagnement de la scolarité des enfants par les parents se réalise en partenariat avec les acteurs du système éducatif. Aussi demandons-nous que l’obligation du dialogue avec les parents soit inscrite dans la définition des missions des enseignants et qu’elle soit prise en compte dans leur formation.
Nous, parents d’élèves, faisons partie de la communauté éducative aux côtés de tous les acteurs intervenant dans le cadre scolaire : personnels de l’Éducation nationale – enseignants ou non-enseignants –, personnels et élus des collectivités territoriales. Ensemble, nous participons de la coéducation. À ce titre, chacun intervient auprès des enfants en fonction du contexte dans lequel ces derniers évoluent et de leur niveau de développement.
Faire vivre ce précepte de coéducation suppose que chacun soit conscient de sa place et de celle des autres acteurs de la communauté éducative. Cela implique d’informer les différents membres de cette communauté de leurs droits et devoirs respectifs, de les former à leurs fonctions, ainsi que d’évaluer les pratiques de mise en oeuvre.
Le représentant de parents d’élèves dépasse ses seuls intérêts particuliers immédiats pour prendre en compte les intérêts de tous les enfants. Les parents d’élèves fédérés sont des bénévoles qui apportent au système scolaire un regard de parent citoyen.
La loi d’orientation de 1989 et le décret d’août 2006 reconnaissent et définissent la place des parents d’élèves dans la communauté éducative. Pour nous, c’est une avancée quant à la reconnaissance de notre implication dans le système éducatif, mais nous revendiquons néanmoins un véritable statut du représentant de parent fédéré qui, au-delà du Code de l’éducation, soit inscrit dans le Code du travail et le Code civil et bénéficie de moyens pour assurer ses missions.
Nous réaffirmons la nécessité d’existence des associations de parents d’élèves fédérées à l’échelon national et œuvrant pour une réelle participation des parents d’élèves dans la communauté éducative. Chaque parent d’élève a la possibilité de joindre ces associations au sein de l’établissement fréquenté par ses enfants. Nous proposons l’adhésion à tous les parents. Notre travail d’information et l’expression de nos convictions y contribuent.
Il appartient à notre Fédération d’occuper pleinement sa place. Elle ne doit pas se contenter du rôle que l’institution veut bien lui concéder. La FCPE se veut une force d’information, de formation, de réflexion, de représentation et de propositions. Elle exerce un rôle de médiation. Elle est un interlocuteur privilégié et un acteur de la vie politique locale pour tous les aspects ayant un impact sur la scolarité des enfants (contrats éducatifs locaux, projets de réussite éducative...).
La position d’une fédération de parents d’élèves ne doit pas être masquée par des témoignages individuels et contradictoires de parents non fédérés.
Toutes nos actions et propositions sont en accord avec nos valeurs. C’est pourquoi, lorsqu’il le faut, nous savons nous opposer à la vox populi.

3 > Pour un service public d’éducation ambitieux et des politiques publiques renforçant la cohésion sociale

Nous, parents d’élèves fédérés au sein de la FCPE, sommes porteurs d’une conception ambitieuse du service public d’éducation nationale. Nous revendiquons des politiques publiques fortes capables de renforcer la cohésion et les solidarités sociales. Celles-ci doivent contribuer à ce que le service public d’éducation assure ses missions et son rôle d’ascenseur social. De la maternelle jusqu’à l’obtention des diplômes, l’École est un investissement pour l’avenir.

Une société qui croit en l’avenir se doit d’être ambitieuse pour son École et susciter un élan novateur pour la formation de citoyens responsables et acteurs dans une société solidaire et humaniste. L’École publique, gratuite et laïque doit être une des premières préoccupations de la nation. Celle-ci a la charge d’assurer une éducation de qualité pour tous les enfants présents sur le territoire national dès l’âge de 2 ans à la demande des parents, et au-delà de 16 ans dans la mesure où le jeune le souhaite.
Les politiques de l’Éducation nationale garantissent l’égalité d’accès au savoir et à une offre de formation de qualité sur l’ensemble du territoire pour tous les enfants et les jeunes, quels que soient leurs origines, leur culture, leur vécu et leur environnement. Ils ont un égal droit à la formation et accès à tous les examens. Les programmes et les diplômes doivent être nationaux.
Nous réaffirmons que les financements publics doivent être uniquement destinés aux établissements publics pour financer un service public d’éducation de qualité. L’information sur l’orientation doit rester du domaine public. Nous refusons la marchandisation, ainsi que l’externalisation de la prise en charge des difficultés scolaires. Les élèves en « décrochage » doivent pouvoir réintégrer le système scolaire à tout moment. L’école doit être son propre recours.
L’État finance l’Éducation nationale. Il fixe les objectifs précis des politiques éducatives. Il reste le garant de l’harmonisation et de l’égalité sur l’ensemble du territoire. L’égalité de traitement scolaire est partout assurée grâce à l’instauration d’une péréquation pour le financement du service public d’éducation nationale.
L’État et les collectivités locales définissent, en concertation et en cohérence, dans le seul intérêt des usagers, les prestations et actions qui, dans le cadre de leurs compétences et du service public de l’éducation nationale, répondent aux besoins et/ou contribuent à l’épanouissement de l’élève : restauration, conditions d’accueil dans les établissements, voyages et classes transplantées, accès à la culture, activités périscolaires...
Les politiques éducatives auront d’autant plus d’efficacité sur le plan de la mixité sociale et de la lutte contre les inégalités qu’elles trouveront un écho dans les autres politiques publiques.
NOS TROIS
ENGAGEMENTS
COLLECTIF

>Nous, parents d’élèves fédérés au sein de la FCPE, nous engageons à agir en faveur d’un service public d’éducation fondé sur les valeurs de liberté, égalité, fraternité et laïcité ; pour une École qui respecte l’enfant dans sa globalité et forme des citoyens libres et éclairés pour une société toujours plus juste et solidaire.
> Nous, parents d’élèves fédérés au sein de la FCPE, nous engageons à exercer notre vigilance, notre droit d’alerte, et à être toujours plus une force de proposition et de rassemblement au service de la réussite de tous.
> Nous, parents d’élèves fédérés au sein de la FCPE, nous engageons à respecter et à promouvoir les valeurs et principes développés dans cette déclaration solennelle.
Ċ
fcpe30@hotmail.fr,
29 août 2013 à 04:01