Activités périscolaires

Les activités périscolaires, qui sont mises en place par les collectivités territoriales en prolongement du service public de l’éducation, visent à favoriser l’égal accès de tous les enfants aux pratiques culturelles, artistiques, sportives, etc.

La réforme des rythmes à l’école primaire implique pour les communes de revoir l’organisation actuelle des activités périscolaires sur la semaine.
En faisant du mercredi matin un temps scolaire et en allégeant les journées, la nouvelle organisation du temps scolaire fait en effet apparaître de nouvelles plages horaires les lundi, mardi, jeudi et vendredi, d’une durée globale d’environ 3 heures hebdomadaires (soit l’équivalent des heures d’enseignement reportées le mercredi matin), dévolues aux activités périscolaires.

L’enjeu est donc de redéployer sur les plages horaires les activités actuellement prévues le mercredi matin et, dans la mesure du possible, d’enrichir l’éventail des activités proposées aux élèves.

La réorganisation du temps périéducatif sera accompagnée par la mise en place d’un fonds spécifique d’aide aux communes, créé par le gouvernement.

Les élus locaux pourront en outre s’appuyer sur un nouvel outil pour proposer aux élèves des activités périscolaires diversifiées et articulées de la manière la plus cohérente possible avec le temps scolaire : les projets éducatifs territoriaux (PEDT), qui permettront d’associer à la commune l’ensemble des acteurs intervenant dans le domaine de l’éducation, notamment les administrations de l’État concernées, des associations, des institutions culturelles et sportives, etc. (cf. p. 34).

Les communes ayant pris l’initiative d’élaborer un projet éducatif territorial pourront par ailleurs voir les conditions relatives à l’encadrement des mineurs pendant les activités périscolaires assouplies (cf. p. 36)