ACTUALITES‎ > ‎

Déclaration solennelle de l’assemblée des présidents départementaux de la FCPE - 5 Avril 2014

publié le 6 avr. 2014 à 05:25 par fcpe30@hotmail.fr   [ mis à jour : 6 avr. 2014 à 07:38 ]
 
Nous étions présents à la journée des présidents départementaux, qui s'est déroulée à Paris le samedi 5 avril.
Nous avons participé au groupe de travail qui a élaboré cette déclaration.
Cette déclaration a été votée et adoptée par les présidents départementaux.
Joël Gardes
Président FCPE - CDPE 30

Déclaration solennelle de l’assemblée des présidents départementaux de la FCPE, réunis le 5 avril 2014 :

Monsieur le ministre,

La FCPE, première fédération de parents d’élèves, porteuse des valeurs de coéducation, réaffirme la nécessité impérieuse de mener à son terme la refondation de l’Ecole engagée par la loi du 8 juillet 2013, pour tous les enfants.

La réforme des rythmes scolaires doit être poursuivie. L’urgence de mieux répartir le temps scolaire sur la semaine est reconnue par tous, afin que chaque enfant puisse mieux apprendre à l’école. C’est également une formidable occasion de mettre de la cohérence entre les différents temps de vie des enfants. Pour cela, la FCPE demande la pérennisation du financement par l’Etat de la mise en place des activités périscolaires.

Poursuivre la refondation nécessite de tenir bon également sur la promesse des 60 000 créations de postes dans l’Education nationale. Les engagements annoncés, en termes de scolarisation des moins de trois ans, d’inclusion des élèves en situation de handicap, de refonte de l’éducation prioritaire notamment, sont à ce prix. Le gouvernement doit tenir compte des prévisions d’accroissement des effectifs des élèves de la direction de l’évaluation, de la prospective et de la prévision pour les prochaines rentrées et de l’insuffisance actuelle du nombre d’enseignants.

La refonte des contenus des programmes scolaires est au cœur du projet de refondation de l’Ecole. Les travaux engagés par le Conseil supérieur des programmes pour aller vers une plus grande cohérence entre les cycles, entre l’école primaire et le collège, pour décloisonner les disciplines, pour mieux articuler les contenus d’enseignement et la recherche, doivent être poursuivis.

Enfin, la réforme du collège doit être engagée. Il y a urgence à transformer ces quatre années pour atténuer les ruptures avec l’école primaire, développer l’interdisciplinarité, préparer les élèves à construire leurs propres choix d’orientation, dans des établissements qui soient de véritables lieux de vie pour des adolescents et des futurs citoyens.