ACTUALITES‎ > ‎

CAPE ? Conventions Académiques de Priorité Educative

publié le 6 déc. 2014 à 16:39 par fcpe30@hotmail.fr   [ mis à jour : 8 déc. 2014 à 06:56 ]
 



Aux dernières nouvelles, les établissements
du Réseau Le Bosquet (Bagnols-sur-Cèze) sortiraient bien du dispositif RRS (Réseau de Réussite Scolaire "ex ZEP"), mais bénéficieraient d'un statut qui garantirait les moyens pour les établissements.
Ce statut "préserverait" les dispositions pour une durée de trois ans.
Une formule qui dans la langue fleurie de l'administration a été baptisée : « Convention Académique de Priorité Educative » (CAPE).

Pour le Réseau Léo Larguier (La Grand Combe) nous n'avons pas pour l'instant d'informations nous permettant d'annoncer une CAPE !

Sachant que la carte de l'éducation prioritaire devrait être révisée dans 4 ans et que la CAPE ne serait signée que pour 3 ans, que se passera-t-il quand cette convention arrivera à son terme ?
Nous attendons d'avoir des éléments concrets et de connaître le contenu exact de cette charte...



>>> Extrait : Éducation prioritaire : l’indispensable réforme - www.najat-vallaud-belkacem.com

Que se passe-t-il pour les réseaux qui sortent de l’éducation prioritaire ?

Le nouveau système d’allocation progressive des moyens par académie et par établissements, que la ministre adoptera en même temps que la réforme de l’éducation prioritaire, conduira l’Education Nationale à mieux doter les établissements en fonction de leur profil sociologique et de leurs difficultés objectives. Ce nouveau système mettra fin aux effets de seuil et ruptures de charges brutales entre établissement en REP et établissements hors REP.
L’idée est bien d’accompagner les établissements à la hauteur de leurs besoins même lorsque ces derniers ne se situent pas en éducation prioritaire.

Concernant les enseignants d’établissements sortants de la carte REP, le choix a par ailleurs été fait de maintenir leur régime indemnitaire spécifique par une clause de sauvegarde de 3 ans.

Quelle réponse à la situation des écoles qui ne sont pas rattachées à un réseau  ?

Là encore, l’allocation progressive des moyens et les « conventions académiques de priorité éducative » permettront de maintenir les dispositifs et moyens attachés à l’éducation prioritaire. Il n’est pas question de laisser ces écoles en difficulté sans possibilité de recourir aux ressources de l’éducation prioritaire.